• Renaud

Vive la (nouvelle) galanterie !

Mis à jour : 11 sept. 2019


La galanterie est-elle une vieillerie d’un autre temps ? A en croire certaines féministes, il est temps d’en finir avec cette pratique jugée sexiste et machiste. Un jugement qu’on peut comprendre si on prend en compte l’histoire socioculturelle des femmes. Pourtant, je suis sûr d’une chose : avec l’évolution des mentalités, avec la liberté et l’autonomie acquises par les femmes dans notre pays, la galanterie peut – enfin - avoir ses lettres de noblesses. Du moins pour les hommes et les femmes qui vivent dans leur époque. Main dans la main.


La galanterie appartient exclusivement au domaine de la séduction


Pour moi, le mot galanterie appartient au lexique de la séduction. Dans mon esprit, parmi les différentes définitions données par le dictionnaire de l’Académie Française, j’adhère à celle-ci : « Propos flatteurs qu’on tient à une femme, procédés qu’on emploie pour lui plaire ». Donc, les choses sont claires : je suis galant quand j’ai des visées affectio-sentimentalo-sexuelle sur une personne. La galanterie est donc exclusivement un jeu de séduction. C’est important de la préciser pour lever toute ambiguïté et pour que vous compreniez bien mon raisonnement.


La galanterie n’est pas un savoir-vivre


Je ne sais pas pour vous mais moi, quand je pousse une porte pour entrer quelque part, je me soucie toujours de savoir si quelqu’un est derrière moi, Que cette personne soit un homme, une femme, un enfant, une personne âgée, le pape ou ce que vous voulez, je n’en tiens pas compte : je retiens la porte pour éviter à mon successeur de se la prendre en plein visage. A travers cet acte - je pourrais en citer mille - je ne fais pas acte de galanterie. J’agis tout simplement comme une personne empathique, qui tient compte de l’autre, qui vit avec les autres. Donc, pour moi, la galanterie n’est pas une politesse, un savoir-vivre, un facilitateur du vivre ensemble. Elle s’inscrit, je le répète, exclusivement dans le registre de la séduction.


« Le jour où la femme aura tous les droits, elle perdra tous ses privilèges »

Georges Wolinski


La nouvelle galanterie


Feu Georges Wolinski disait « le jour où la femme aura tous les droits, elle perdra tous ses privilèges ». Voilà une pensée d’un autre siècle, d’une autre époque. Voilà une connerie monumentale. Voilà ce qui amènent certaines féministes à qualifier la galanterie de sexisme. Or, aujourd’hui, c’est justement parce que la femme a les mêmes droits que les hommes (encore une chance !) que la galanterie que je manifeste à son égard, que je défends est belle ! C’est parce qu’elle n’a pas besoin de moi pour vivre matériellement parlant, pour payer ses factures, pour être libre de ses faits et gestes que ma galanterie est définitivement respectueuse, étrangère à tout sexisme et, en définitive, nouvelle. C’est pour toutes ces raisons que je veux offrir à une femme que je séduis des petits privilèges que je suis en mesure de lui donner. Ne m’en donne-t-elle pas d’autres elle ? Bien sûr que si. Pourtant, qui l’accuserait de condescendance, de supériorité à mon égard ?


La galanterie ou la stratégie de mettre l’autre dans son lit


J’ai l’impression que le problème vient de là. Il me semble deviner à travers les arguments de certaines féministes qui critiquent la galanterie que les hommes utilisent ces attentions pour « mettre » les femmes dans leur lit. Ce qui, fondamentalement, n’a rien d’affligeant. Mais il faut aller plus loin et comprendre « pour les mettre dans leur lit et s’en débarrasser ensuite ». Avec tout ce que ça comprend de manipulations, de mensonges, d’humiliations. Mais est-ce la galanterie qu’il faut accuser ? N’est-ce pas plutôt l’homme prêt à tout pour obtenir gain de cause qu’il faut pointer du doigt ? Et puis franchement, doit-on envisager la femme comme une pauvre petite victime potentielle, écervelée, qui ne comprend rien à rien, qui n’est pas capable de recul, ni d’analyse, ni de discernement et se fait avoir à tous les coups par le méchant garçon ? Qui est alors condescendant envers la femme ?


Les hommes et les femmes changent. La galanterie aussi !


Critiquer la galanterie en s’appuyant sur la domination masculine est louable. Mais qu’en est-il de cette domination masculine au XXIème siècle, en France. Certes tout n’est pas parfait et beaucoup reste à faire mais les hommes et les femmes changent. Dans mon activité de coach en séduction j’ai l’occasion de discuter avec de nombreux clients de moins de 40 ans. Des hommes qui sont également papa. Papa de petite fille, de jeune fille. Des hommes solidaires du mouvement #balancetonporc, des hommes qui ne comprennent pas que les femmes, à compétences égales, puissent avoir un salaire inférieur aux hommes, etc. Bref, des hommes ne se positionnant pas comme supérieurs et s’interrogeant sur la masculinité qu’ils doivent manifester à leur époque. Quant aux femmes, elles, elles revendiquent une autonomie. Un besoin de l’autre mais également un besoin d’indépendance. Et, quand je leur demande ce qu’elles espèrent d’un homme, parmi toutes leurs attentes, il en revient toujours une : la galanterie. Une galanterie adaptée à leur époque, à leur statut, à leur condition de femme d’aujourd’hui. Bref, une nouvelle galanterie. Celle que j’ai tenté, ici, de défendre et de justifier.


D'autres lectures susceptibles de vous intéresser :


Apprendre à séduire, à se valoriser, à briller dans les yeux de l'autre... Et si tout n'était qu'une question de tradition et d'insolence ? Découvrez ma prestation Life&Love Coaching, un coaching de séduction qui peut changer votre vie...




Vous avez des difficultés à séduire sur les sites et applis de rencontres ? Avec mon guide pédagogique, vous allez apprendre à maîtriser les codes de la communication en ligne. A travers plus de 200 pages vous découvrirez de nombreux exemples, des exercices et autant de conseils pour vous approprier le savoir-faire d'un Dating Assistant. A lire sans plus tarder !

© 2019 by Renaud - Votre Assistant Séduction - email : contact@renaud-votre-assistant-seduction.com

  • Facebook B&W